« Uber, si on y va, c’est que nous n’avons pas d’alternative »

Jeunes, peu diplômés et vivant dans des villes aux taux de chômage élevés, plus de 10 000 personnes se lancent chaque année dans l’aventure des VTC. A la clé, un emploi, mais pas forcément un salaire décent.

Source : « Uber, si on y va, c’est que nous n’avons pas d’alternative »

One thought on “« Uber, si on y va, c’est que nous n’avons pas d’alternative »

  1. Le relatif génie des plateformes : exploiter les acquis sociaux (dont les infrastructures), s’évader des taxes et rentabiliser la précarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.