Comment la pression de l’employabilité tue petit à petit le temps libre

Alors qu’on assiste, notamment sous l’impact des technologies numériques, à la disparition progressive du cadre temporel et spatial « habituel » de la journée de travail, ce qui incite les employés à être toujours « en veille », une nouvelle tendance vient aggraver ce phénomène : les individus ont maintenant la responsabilité d’améliorer leur employabilité, en acquérant de nouvelles compétences, en se faisant de nouveaux réseaux, en apprenant de nouvelles expériences de vie… le tout durant leur temps libre.

Une très intéressante tribune d’Aurialie Jublin, co-pilote du projet Digiwork à la Fing, et l’une des intervenantes de notre Université d’été 2015, synthétisée dans notre ouvrage « Enjeux de la numérisation de nos vies ».

temps_libre

Source : Comment l’employabilité a-t-elle tué le temps libre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.