Quand la surveillance de masse conduit à l’autocensure

Une étude de la revue américaine Journalism & Mass communication quarterly vient mettre à mal, preuves à l’appui, l’argument du « Rien à cacher », brandi par les partisans d’un accroissement de la surveillance de nos vies. Elle montre en effet statistiquement comment la menace d’une surveillance de masse conduit les internautes à s’autocensurer, en n’exprimant pas leurs opinions lorsque celles-ci sont minoritaires. Elle justifie ainsi l’image du panoptique maintes fois employée par Laurent Chemla dans ses pamphlets contre la Loi Renseignement.

sur_ecoute

Source : L’autocensure des idées minoritaires, conséquence de la surveillance de masse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.