Télécoms : comment l’emploi a été sacrifié sur l’autel de la dérégulation

Les partisans de la réforme du transport ferroviaire nous vantent les vertus d’une ouverture du marché à la concurrence, remède miracle qui permettrait, tout à la fois, de faire baisser les prix, d’améliorer la qualité du service proposé aux voyageurs, et de booster l’emploi et la croissance du secteur.

Les journalistes du magazine Basta ! ont souhaité faire le bilan de deux décennies françaises de dérégulation, en visualisant ses effets sur les tarifs, sur l’emploi, ou encore sur les investissements. Ils ont logiquement commencé par le secteur des télécoms, souvent pris comme exemple d’une ouverture à la concurrence réussie :

  • pour les baisses tarifaires, c’est un grand oui  !
  • pour les investissements, ça va également.
  • pour le développement de l’emploi, en revanche, avec près de 45 000 postes supprimés en un peu moins de 20 ans, on repassera…

Source : Dans les télécoms, l’emploi et les conditions de travail sacrifiés sur l’autel de la libéralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.