La Suède, le premier pays d’Europe où le paiement en espèces n’a pas d’avenir

Alors que les pièces et les billets ont de moins en moins la cote auprès des banques et des Etats européens, la Suède fait figure de précurseur dans l’abandon des paiements en espèces, 80% des transactions s’effectuant par carte bancaire ou via des applications mobiles comme Swish. Toutefois, le vieillissement de la population suédoise retarderait le basculement vers une monnaie entièrement dématérialisée.

Source : La Suède, le premier pays d’Europe où le paiement en espèces n’a pas d’avenir

La fintech décryptée

Présenter les enjeux associés à la fintech en moins de 10 000 signes peut paraître comme une gageure, mais celle-ci est plutôt bien relevée par cet article, qui répond rapidement aux principales questions : quelles sont les technologies utilisées par les jeunes pousses de la fintech pour bousculer le milieu de la banque et de la finance ? En quoi leurs nouveaux services de paiement changent-ils la donne ? Le financement participatif constitue-t-il vraiment une menace pour le financement traditionnel ? La fameuse blockchain (sur laquelle nous préparons un dossier, à paraître prochainement) est-elle vraiment en passe de tout révolutionner ?

fintech

Source : La fintech, oui, mais de quoi s’agit-il vraiment ?

Des centaines de salariés d’Alcatel-Lucent rassemblés devant l’Assemblée nationale

Alors qu’une délégation était reçue par le président de la commission économique, plusieurs centaines de salariés d’Alcatel-Lucent se sont rassemblés, jeudi 24 janvier, devant l’Assemblée nationale pour protester contre le plan de restructuration du groupe.

Munis de pancartes avec les inscriptions “Non aux licenciements” ou “Oncle Ben [le directeur général du groupe, Ben Verwaayen] m’a tué”, ils étaient au moins 500 salariés, selon l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et CGT, à attendre la délégation reçue par François Brottes (PS), le président de la commission économique de l’Assemblée. L’été dernier, Alcatel-Lucent a annoncé à ses 76 000 employés son intention de supprimer 5 000 postes dans le monde, dont 1 353 en France.

“Les deux sujets principaux abordés ont été le prêt et ses garanties ainsi que les moyens de relancer la filière”, a rapporté Pascal Guihéneuf, délégué central CFDT, qui a estimé que la commission économique “était bien renseignée sur les problèmes du groupe et de la filière”. “Les salariés s’inquiétent des risques de démantèlement liés au prêt alloué à Alcatel-Lucent qui est gagé sur les brevets de la société, à un taux d’intérêt et à des frais financiers très élevés”, a-t-il ajouté.

La suite dans Le Monde

Alcatel-Lucent : Matignon « ne comprend pas bien la stratégie »

L’intersyndicale de l’équipementier télécoms indique que le gouvernement s’est donné jusqu’à la fin du mois pour trouver une autre solution que le prêt garanti sur actifs et brevets auprès de Goldman Sachs et Credit Suisse. Le FSI pourrait participer au rachat de la filiale de câbles optiques.

Il y a urgence. Alcatel-Lucent doit finaliser avant la fin du mois l’accord d’engagements annoncé mi-décembre avec Goldman Sachs et Credit Suisse portant sur des facilités de crédit de 1,6 milliard d’euros. Problème : ce prêt est garanti sur les actifs du groupe, en particulier les précieux brevets des Bell Labs (29.000). Ce prêt, dont « le gouvernement a été informé au dernier moment » était au cœur des discussions, mercredi soir à Matignon entre l’intersyndicale de l’équipementier télécoms et la direction du cabinet du Premier ministre, selon le communiqué des syndicats. « Le gouvernement se donne jusqu’à la fin du mois pour trouver une autre solution » et a confirmé « qu’il cherche des pistes financières alternatives au prêt Goldman Sachs » affirme l’intersyndicale. Le gouvernement « ne comprend pas bien la stratégie d’Alcatel-Lucent en Europe et en France » rapportent les syndicats CFDT, CFE-CGC et CGT, qui ont rappelé « les risques de démantèlement liés au contrat de prêt (cessions d’actifs, brevets, contrôle trimestriel, taux d’intérêts et frais financiers très élevés). »

Lire la suite sur le site de La Tribune

Un appel à l’État pour sauver Alcatel

Dans une lettre commune, les fédérations CGC, CGT et CFDT de la métallurgie demandent au premier ministre une intervention urgente pour éviter un démantèlement du groupe.

[…]

Si les syndicats ont immédiatement dénoncé les conséquences sociales dramatiques du plan, mais aussi la stratégie de la direction consistant à se désengager partiellement du marché européen pour se concentrer sur le marché américain, plus rentable, leur inquiétude a fait un bond, mi-décembre, lorsque le groupe a annoncé avoir obtenu un prêt de 1,6 milliard auprès des banques Goldman Sachs et Crédit suisse. En difficulté de liquidités, et devant faire face au remboursement de 2 milliards d’euros de dettes sur 2013-2015, le groupe a dû contracter cet emprunt au taux de 9 %, ce qui, selon la CFDT, représente 150 millions d’euros d’intérêts à payer chaque année. Mais surtout, l’accord prévoit que le prêt est gagé, entre autres, sur son portefeuille de 29 000 brevets, d’une valeur estimée à 5 milliards d’euros. Autrement dit, en cas de défaut de paiement des échéances, les banques pourraient se servir dans les actifs et les brevets du groupe, qui subirait ainsi une vente à la découpe.

[…]

Pour les trois fédérations de métallos, l’État doit « sécuriser le financement du groupe par des montages financiers qui empêcheraient de tirer la ligne de crédit », et cette intervention passe par « une entrée significative de l’État dans le capital du groupe », qui permettrait la présence de représentants au conseil d’administration, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, avec 3,8 % du capital contrôlé par l’État. Plus largement, elles attendent un « plan global sur les télécoms et le numérique », pour lequel elles proposent des pistes destinées à soutenir le groupe Alcatel-Lucent face à la concurrence. Il s’agirait de conditionner les aides publiques accordées aux opérateurs de téléphonie, à l’engagement de recourir à des fournisseurs ne pratiquant ni le dumping social ni dumping financier, d’attribuer les futures fréquences en téléphonie mobile en fonction de contreparties sur l’emploi, d’agir sur « l’accès équitable au marché européen, pour contrer les équipementiers chinois pratiquant une concurrence déloyale basée sur le dumping », enfin, de tenir compte, comme les États-Unis, de critères de sécurité et de « cyberdéfense » pour sélectionner les fournisseurs.

Lire l’article complet sur le site de l’Huma

Alcatel-Lucent France: les syndicats craignent un “démantèlement du groupe”

Les syndicats d’Alcatel-Lucent France ont exprimé jeudi la crainte d’un “démantèlement du groupe par des rapaces” alors que le groupe de télécoms a obtenu un prêt de 1,6 milliard d’euros garanti par des actifs.

[…]

L’intersyndicale a tenu une assemblée générale, en marge d’un comité central d’entreprise extraordinaire (CCE), devant l’entrée du siège d’Alcatel-Lucent France à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), devant une centaine de salariés rassemblés autour d’un feu de palettes.

Le CCE portait sur le droit d’alerte déclenché par les syndicats suite à l’obtention par le groupe d’un prêt de 1,615 milliard d’euros auprès des banques Goldman Sachs et Crédit Suisse, garantis entre autres, par son portefeuille de propriété intellectuelle, soit plus de 29.000 brevets actifs à ce jour.

Le groupe, qui a engagé un nouveau plan de restructuration prévoyant près de 5.500 suppressions de postes dans le monde dont 934 à Alcatel-Lucent France, a en effet essuyé un déficit de 146 millions d’euros de juillet à septembre, alors qu’il avait été bénéficiaire de 94 millions un an auparavant.

Selon les syndicats, le groupe emprunterait à un taux de 9%, ce qui l’amènerait à rembourser 150 millions d’euros d’intérêts par an.

Le montage financier prévoirait, selon Frédéric Aussedat, élu CFE-CGC au CCE, des “critères de réussite intermédiaires. Si le groupe ne les atteint pas, Goldman Sachs ne va pas attendre 6 ans pour se faire rembourser. Elle se servira dans les brevets et les actions des filiales. Ce sera de la vente à la découpe“, assure le syndicaliste.

Mercredi, le vice-président exécutif d’Alcatel Lucent, Philippe Keryer, a affirmé devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale qu’il n’avait pas “l’intention de céder telle ou telle partie nantie, en particulier les brevets, puisqu’ils sont clairement l’avenir du groupe“.

L’article en texte intégral dans L’Entreprise