Loi Renseignement : Le Medef peine à trouver une position commune

Petite rétrospective concernant la Loi sur le renseignement, dans L’Usine Digitale. Extrait :

Alors que la loi sur le Renseignement sera soumise mardi 5 mai au vote de l’Assemblée nationale, le Medef ne s’est pas fait de religion sur son opportunité. Le sujet divise les fédérations et les sensibilités. Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président de l’organisation patronale nous confie tout de même son sentiment personnel.

[…]

L’une des fédérations du Medef, le Syntec numérique, est vent debout contre le projet. Elle sonnait l’alerte dès le 18 mars dernier dans un communiqué de presse intitulé “Projet de loi renseignement : vers un Patriot act à la française ?”. Depuis, son président, Guy Mamou-Mani, se montre des plus virulents. Le 14 avril, il déclarait aux Echos : “Les entreprises que je représente n’ont pas vocation à devenir des auxiliaires de police“.

Les hébergeurs, sous la bannière #Nipigeons, Niespions, ont lancé une pétition contre la loi et menacent de délocaliser leur datacenters. Ils ont convaincus un certain nombre d’éditeurs, de start-up, de FAI. Stéphane Richard, le président d’Orange, plus prudent compte-tenu de sa tutelle, a estimé que les dispositifs d’analyse automatique de données “doivent rester techniquement sous le contrôle des opérateurs”. Il plaide pour “plus de dialogue avec le gouvernement.”

Retrouver le texte intégral dans L’Usine Digitale, ainsi que les autres articles du dossier sur la loi, dans le menu de gauche.

Les impacts de cette nouvelle  Loi sur le renseignement seront évoqués lors de l’Université d’été les 22 é& 23 juin prochains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.