La CGC accuse le gouvernement de lâcher Alcatel-Lucent

Le syndicat CFE-CGC d’Alcatel-Lucent accuse le gouvernement d’avoir abandonné l’idée de porter secours du groupe. L’organisation déplore que les pouvoirs publics aient « renoncé à étudier toute solution alternative » au prêt de 1,6 milliard d’euros que l’équipementier de télécommunications a annoncé, mi-décembre, avoir demandé aux banques Goldman Sachs et Credit suisse. Une facilité financière qui est gagée sur des activités stratégiques du groupe, dont son portefeuille de 29 000 brevets.

« Le gouvernement avait obtenu in extremis un délai de grâce jusqu’à fin janvier 2013 pour trouver une solution alternative à ce prêt, extrêmement dangereux pour l’avenir d’Alcatel-Lucent en France et en Europe« , rappelle la CFE-CGC dans un communiqué, mercredi 23 janvier.

« Or, ajoute le syndicat, selon nos toutes dernières informations émanant de sources sûres, le gouvernement aurait aujourd’hui renoncé à étudier toute solution alternative au prêt de Goldman Sachs et envisagerait plutôt d’intervenir comme pompier en cas de non-respect des covenants », ces tests de performance financière que les prêteurs exigent régulièrement des établissements à qui ils ont accordé leurs crédits.

La suite dans Le Monde

Le communiqué CFE-CGC Alcatel-Lucent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.