Le déferlement d’images sur les réseaux sociaux transforme-t-il notre cerveau ?

Narcissisme, manque de créativité, défaut d’empathie… « on pourrait croire, a priori, qu’un déferlement de couleurs, de pixels, de paysages et de visages nourrit l’imagination et renforce la connexion aux autres, [mais] c’est le contraire qui semble se produire. »

photos_concert_public

Source : Le déferlement d’images sur les réseaux sociaux transforme-t-il notre cerveau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.