Les low tech, solution pour un futur soutenable ?

Une passionnante interview de Philippe Bihouix, auteur de l’ouvrage L’Âge des low tech – Vers une civilisation techniquement soutenable, qui interroge notamment la problématique de l’automatisation et de la robotisation sous l’angle de la durabilité.

Si l’on devait remplacer le travail humain par une harde de machines et de logiciels, la dépense en matières premières et en énergie ne serait pas soutenable sur le moyen terme. (…) Nous sommes dans un système qui encourage le remplacement du travail humain par des ressources en matière et en énergie, alors même que celles-ci se raréfient, tandis que l’offre de travail humain devient surabondante. (…) J’appelle de mes vœux un autre imaginaire, celui d’un monde post-croissance, plus sobre dans la consommation, mais riche et épanouissant en emplois et en activités.

Source : Low tech, grande transformation – Entretien avec Philippe Bihouix

Redressement fiscal : Amazon a conclu un accord (secret) avec le fisc français

Source : Redressement fiscal : Amazon a conclu un accord (secret) avec le fisc français

Si sur le fond il est rassurant de savoir qu’Amazon paie enfin des impôts en France, la plus grosse opacité règne in fine, qui empêche les autres entreprises, les salariés et les citoyens d’évaluer si cette imposition est ou non équitable.

Amazon ne cesse de rappeler les emplois qu’il a créé en France. Il oublie chaque fois de mentionner toutes les aides publiques, fussent-elles non financières, dont il a bénéficié pour installer ses entrepôts, et créer des emplois de… ooops, restons poli on nous écoute, … de la plus piètre qualité qui soit.
Et personne n’a chiffré combien d’emplois ont été détruits en parallèle, peut-être plus qualitatifs, chez d’autres commerçants.

Au final, il est donc très difficile d’évaluer les coûts / bénéfices pour notre société de l’emprise de plus en plus massive des géants américains sur nos économies, qui ont globalement enregistré des résultats exceptionnels en 2017.

Muriel Pénicaud veut supprimer les écarts de salaires entre hommes et femmes

Interviewée dans le Journal du Dimanche, la ministre du Travail proclame l’ambition du gouvernement « de supprimer cette différence de 9% [entre les salaires des hommes et des femmes à postes équivalents] pour toutes les femmes pendant le quinquennat ». Cela devrait passer par une réunion avec les partenaires sociaux, pour élaborer un plan d’action d’ici à mars. A suivre…

Source : Muriel Pénicaud : « Nous voulons réaliser le rattrapage salarial femmes-hommes »

L’Islande inscrit dans la loi l’égalité de salaires entre hommes et femmes

Depuis le 1er janvier, toutes les entreprises et entités gouvernementales islandaises employant plus de 25 personnes doivent pouvoir prouver le respect de l’égalité de salaires, à travail égal, entre les femmes et les hommes, et s’exposent, en cas d’écart de rémunération, à une sanction financière.

De quoi inspirer la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, qui vient d’annoncer préparer, pour les semaines ou mois à venir, un plan « dur et concret » sur l’égalité salariale ?

Source : En Islande, payer un homme davantage qu’une femme est désormais illégal

E-commerce : le fléau des fake-reviews

Source : E-commerce : le fléau des fake-reviews

Intéressant article sur un sujet qui nous concerne tous, et dont l’enseignement majeur est que, comme dans beaucoup de domaines, la pédagogie auprès des utilisateurs reste le meilleur outil de prévention.

Une leçon fondamentale à retenir dans notre monde où l’on voudrait en permanence prendre le raccourci de la contrainte ou de la punition : elles sont moins efficaces que la pédagogie, qui a le double mérite de nous rendre plus libres et mieux armés pour bien jouir de cette liberté. Un vœu pour  2018 ? Il paraît que c’est la saison !

30% des personnes LGBT constatent des discriminations au travail

Certes, 89% des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles interrogées dans le cadre du sondage réalisé par l’Ifop pour Autre cercle se sentent bien intégrées dans leur organisation. Mais 30% d’entre elles (contre 9% des hétérosexuels) affirment avoir déjà constaté au travail des discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre, moqueries, mais aussi mises à l’écart, voire inégalités en matière de déroulement de carrière.

Source : 89% des personnes LGBT se disent “intégrées” au travail, mais 30% constatent des discriminations

Intelligence artificielle : comment permettre à l’humain de garder la main ?

Depuis le début de l’année, La CNIL a animé le débat public sur la problématique des enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Un rapport de synthèse vient aujourd’hui conclure cet exercice.

Source : Comment permettre à l’Homme de garder la main ? – Rapport sur les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle

D’anciens cadres de Facebook expriment leurs remords d’avoir contribué à son succès

Plusieurs anciens collaborateurs de l’entreprise, comme son ex-président Sean Parker, ont fait part de leur inquiétude concernant l’influence grandissante du réseau social.

Source : D’anciens cadres de Facebook expriment leurs remords d’avoir contribué à son succès

Cela suffira-t-il à réveiller les consciences, celles des utilisateurs comme celles des actuels dirigeants de Facebook et consort ? C’est à souhaiter, et c’est en tous cas bon à savoir…

Lancement d’une consultation publique sur l’intelligence artificielle par Cédric Villani : participez jusqu’au 6 janvier !

Source : Lancement d’une consultation publique sur l’intelligence artificielle par Cédric Villani : participez jusqu’au 6 janvier !

Cette consultation durera du 6 décembre au 6 janvier. Elle est ouverte à tous et structurée en 7 sous-thèmes:

Le moment où jamais pour vous exprimer si vous avez réfléchi au sujet.

Selon McKinsey, les robots vont accaparer entre 400 et 800 millions d’emplois d’ici à 2030

Voilà donc un nouveau rapport qui vient alimenter la réflexion sur cette problématique. Il est l’œuvre du cabinet McKinsey, qui a mené une étude dans 46 pays et sur 800 professions différentes. Selon ses conclusions, de 400 à 800 millions d’actifs (soit un cinquième du total mondial) pourraient se voir remplacés par des robots dans leur emploi, 75 à 375 millions d’entre eux étant même forcés de changer de catégorie de métier et d’apprendre de nouvelles compétences. Ces chiffres varient évidemment en fonction des pays, les économies industrialisées étant les plus touchées, et des professions considérées.

Source : Automatisation : 375 millions de personnes forcées de changer d’emploi d’ici 2030 ?

Quel monde du travail pour demain ?

La nature du travail s’est modifiée sous l’égide de nouvelles pratiques de flexibilité, en flux tendu. Comment penser l’avenir du travail dans un tel contexte ? Quels défis devrons-nous relever ?

Source : Quel monde du travail pour demain ?

L’article se passe de commentaire : il faut juste le lire, et réfléchir collectivement dans tous les groupes concernés, d’une part sur ce que l’on veut promouvoir, et d’autre part sur les leviers à activer pour l’obtenir.

Ce ne sera pas simple, et il sera impossible de faire l’impasse l’action collective des travailleurs, avec des démarches suffisamment puissantes pour faire pièce aux puissances en présence, dans les entreprises comme dans les états, qui rêvent d’abord des gains de productivité induits par les nouvelles technologies avant de se préoccuper de la place des travailleurs ou du partage des gains.

Pas facile d’être une femme dans le milieu de la tech !

Le sujet n’est, hélas, pas une nouveauté. Ainsi, fin 2013, Fleur Pellerin, alors ministre de l’Économie numérique, dénonçait « Le sexisme insidieux du numérique ». Mais, longtemps tabou, il a été mis sous l’éteignoir, avant que ne se déclenche, en 2017, un mouvement salutaire de libération de la parole initié aux Etats-Unis, sous l’effet de plusieurs scandales qui ont touché la Silicon Valley et, plus récemment de l’affaire Weinstein.

En France, des étudiantes de l’école 42, ont témoigné sur le malaise qu’elles ressentent dans le cadre de leurs études à l’institut de formation informatique, entre machisme ambiant et comportements ou remarques déplacés de leurs congénères. Cette école n’a toutefois pas l’apanage du sexisme : en 2013, un mémoire en sociologie évoquait déjà ce fléau au sein de l’école Epitech. Par ailleurs, les premiers résultats d’une étude menée actuellement par la start-up Social Builder, auprès d’étudiants d’une vingtaine de formations aux métiers du numérique, sont tout simplement accablants.

Alors que le pourcentage de femmes dans les filières high-tech est en diminution, le sexisme étant un des facteurs expliquant cette tendance à la baisse, il est désormais temps d’AGIR !
Pour les formations incriminées, l’instauration d’une tolérance zéro vis-à-vis de ces comportements intolérables apparaît comme une évidence.
Des initiatives de promotion de la mixité dans le secteur du numérique existent déjà : à l’intérieur même des écoles (code[Her] à l’école 42, E-mma à Epitech), dans le cadre d’associations dédiées, comme StartHer ou  Women in Games, et bien sûr, sous l’égide de l’Etat, à l’instar du trop éphémère plan d’action « Sexisme, pas notre genre » mis en place en septembre 2016 par le secrétariat d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Il convient de les multiplier pour faire sortir les femmes de la position de « minorité visible » où elles sont confinées dans le monde de la tech.

Personne ne peut prétendre avoir la solution miracle et instantanée pour résoudre ce problème, qui commence à affecter réellement les entreprises et les recruteurs, et pas seulement pour des raisons “politiquement correctes”: s’il n’y a pas assez de femmes dans l’univers du numérique, il est aussi à craindre que les services offerts manquent la cible des femmes, qui pour le coup pèsent souvent bien plus lourd dans la balance économique, notamment parce que se sont souvent elles qui décident des dépenses des ménages.

Il va de soi qu’un engagement de la société dans son ensemble est nécessaire pour faire bouger les choses, depuis l’éducation des jeunes enfants, pour faire savoir aux filles comme aux garçons qu’elles sont légitimes partout et qu’elles méritent d’être accueillies partout avec le même respect que les hommes. Toutes les initiatives qui vont dans le sens d’une meilleur équité méritent donc toute notre attention, car pour le moment personne ne connaît “la” solution, et c’est plus probablement un éventail de solutions qui doit être déployé. Nous les suivrons donc dans ce blog. N’hésitez pas à nous faire part des actions efficaces dont vous avez connaissance !

En Chine, des étudiants forcés de fabriquer l’iPhone X

A Zhengzhou, chez Foxconn, le principal sous-traitant d’Apple en Chine, des stagiaires de 16 ans travaillent jusqu’à 60 heures par semaine.

Source : En Chine, des étudiants forcés de fabriquer l’iPhone X

Vous avez toujours envie de ce nouveau “petit bijou” ?

Réseaux sociaux : alerte sur la santé publique !

Source : Réseaux sociaux : alerte sur la santé publique !

Une Tribune de Gilles Babinet, qu’on a rarement lu aussi critique. En l’occurrence, l’alerte semble fondée. Reste à savoir comment on lutte contre l’addiction aux réseaux sociaux ?

Il faut peut-être conseiller aux parents de ne confier à leurs enfants que des mobiles permettant uniquement de téléphoner et d’envoyer des SMS… Hum. Pas gagné !