Les oubliés du numérique, un défi pour l’Etat

Des millions de Français vivent sans connexion à Internet ou sont en difficulté face à l’utilisation des services Web. Ce phénomène d’exclusion numérique est aggravé par la dématérialisation des services publics, comme le signalait récemment le rapport annuel du Défenseur des Droits.

Source : Les oubliés du numérique, un défi pour l’Etat

5G : des usages qui restent à inventer…

… ou quand le magnat américain du divertissement Mark Cuban pose la bonne question concernant cette technologie : pour quels usages aurons-nous besoin de la 5G ? Car aujourd’hui, personne ne sait vraiment quelles applications justifieront une demande de performances aussi élevées.

5g

Source : 5G : des usages encore mal définis

Les internautes français passent 4 heures par mois sur les réseaux sociaux

Actu express: selon une étude de ComScore sur le mois de décembre, publiée hier, les internautes français ont passé ce mois-là 4,1 heures en moyenne sur des réseaux sociaux. L’adoption par les Français de ces sites a fortement évolué en deux ans, passant d’un des pourcentages les plus bas d’Europe à 84,7% en décembre 2010.

Image @jbtaylor (Flickr) sous licence CC by-sa

Sur les 46,9 millions d’internautes français de 6 ans et plus, 37,8 millions visitent des sites de réseaux sociaux, dont 32,8 millions (visiteurs uniques) sont allés sur Facebook, en moyenne 4,25 heures par visiteur.

Le site français de blogs Skyrock arrive en deuxième place, avec 10,8 millions de visiteurs uniques. Suivent Windows Live Profile (8,083 millions), L’internaute Copains d’avant (3,939 millions), Badoo.com, Viadeo, Linkedin, Trombi.com et en 9ème place Twitter (2,048 millions).

A lire aussi

2010, année faste pour Facebook – 2 janvier 2011

En Europe, une personne sur deux utilise Internet quotidiennement – 8 décembre 2009

2010, année faste pour Facebook

Le réseau social a connu une année 2010 remarquablement faste, au point de voir son jeune (26 ans) PDG Mark Zuckerberg faire l’objet d’un film sur sa création de l’entreprise, «The Social Network», et être consacré «homme de l’année» par le journal américain Time Magazine.

Facebook a fini l’année en culminant en audience: selon le cabinet Experian Hitwise, le site a été plus visité entre janvier et novembre 2010 aux Etats-Unis que Google (8,93% et 7,19% des visites respectivement) – en comptant l’ensemble de ses sites (Google ayant aussi les vidéos de YouTube, la messagerie de Gmail, les cartes, les actualités etc.), Google reste cependant leader avec 9,85%, contre 8,93% pour Facebook.

Le petit dernier aux dents (très) longues a néanmoins encore du chemin à faire pour rattraper le moteur de recherche en matière de revenu concret, puisque «le chiffre d’affaires annuel de Facebook est généralement estimé autour du milliard de dollars, contre 21,7 milliards de dollars attendus cette année pour Google, 4,57 milliards attendus pour Yahoo!, en recul, et 62,5 milliards de dollars pour l’exercice 2009-10 de Microsoft» (AFP).

Facebook n’est toujours pas coté en Bourse, contrairement à Google, mais les échanges sur ses titres sont scrutés par le gendarme américain des marchés financiers: la valorisation du réseau social par ses capitaux-risqueurs serait de l’ordre de 42 à 57 milliards de dollars. À ce prix, on comprend que les dirigeants du site, tout à leur «tentation hégémonique» (ZDNet), bâclent parfois des détails aussi secondaires que la vie privée de ses utilisateurs…

A lire aussi

Facebook – Google, deux géants du Net se battent pour la première place – 21 novembre 2010

Les Cnil européennes se rebiffent contre Facebook et ses pratiques «inacceptables» – 14 mai 2010

Facebook modifie ses règles de confidentialité… et les photos du PDG deviennent publiques – 17 décembre 2009

2010, année faste pour Facebook

Le réseau social a connu une année 2010 remarquablement faste, au point de voir son jeune (26 ans) créateur Mark Zuckerberg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Zuckerberg

faire l’objet d’un film sur la fondation de l’entreprise, « The Social Network » et être consacré « homme de l’année » par le magazine américain Time Magazine.

http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,2036683_2037183_2037185,00.html

Facebook a fini l’année en culminant en audience: selon le cabinet Experian Hitwise,

http://www.hitwise.com/us/press-center/press-releases/facebook-was-the-top-search-term-in-2010-for-sec/

le site a été plus visité entre janvier et novembre 2010 aux Etats-Unis que Google (8,93% et 7,19% des visites respectivement) – en comptant l’ensemble de ses sites (Google ayant aussi les vidéos de YouTube, la messagerie de Gmail, les cartes, les actualités etc.), Google reste cependant leader avec 9,85%, contre 8,93% pour Facebook.

Le petit dernier aux dents (très) longues a encore du chemin à faire pour rattraper le moteur de recherche en matière de revenu concret, puisque « le chiffre d’affaires annuel de Facebook est généralement estimé autour du milliard de dollars, contre 21,7 milliards de dollars attendus cette année pour Google, 4,57 milliards attendus pour Yahoo!, en recul, et 62,5 milliards de dollars pour l’exercice 2009-10 de Microsoft » (AFP).

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gzLynbMkyMkMX8ybtTliwrf5XPGA?docId=CNG.98d9256ccb1263c62fdc7b681cb2ecd0.131

Facebook n’est toujours pas coté en Bourse, contrairement à Google, mais les échanges sur ses titres sont scrutés par le gendarme américain de la Bourse:

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201036049199.htm

La valorisation du réseau social par ses capitaux-risqueurs serait de l’ordre de 42 à 57 milliards de dollars. À ce prix, on comprend que les dirigeants du site, tout à leur « tentation hégémonique » (ZDNet), bâclent parfois des détails aussi secondaires que la vie privée de ses utilisateurs…

http://www.zdnet.fr/actualites/facebook-ou-la-tentation-hegemonique-39756148.htm

LIEN INTERNE

Facebook – Google, deux géants du Net se battent pour la première place

Facebook lance un service de messagerie «multi-canaux» qui concurrence Gmail, Google bloque l’importation de contacts vers Facebook, qui contourne ce blocage, Google augmente tous les salaires de ses employés pour freiner les départs chez son concurrent…

Deux entreprises américaines combattent pour la première place sur Internet: Google et Facebook ne cachent plus leur affrontement direct. Ainsi lundi 15 novembre, Facebook a-t-il dévoilé un service, Messages, clairement destiné à dépasser le Gmail de Google, ainsi que le Hotmail de Microsoft et Yahoo Mail (selon Comscore, Hotmail est en tête avec 361,7 millions d’utilisateurs en septembre, devant Yahoo, 273,1 millions, et Gmail, 193,3 millions).

Messages joue un rôle d’aiguillage entre mails, SMS, chat ou message Facebook, en faisant une ambitieuse plaque tournante de la communication en ligne.

Image jmerelo (Flickr ) sous licence CC by-sa

Le 4 novembre, Google avait annoncé bloquer l’exportation des données contacts des utilisateurs de Gmail vers Facebook, pour protester contre l’absence de réciprocité de la part du réseau social. Ce dernier a répondu par un pied-de-nez en contournant ce blocage: Facebook propose à ses nouveaux membres de télécharger leurs contacts Gmail sur leur ordinateur, puis de transférer le fichier dans Facebook.

S’ils se font concurrence dans les services, les deux géants chassent aussi des ressources humaines communes: Google a annoncé le 9 novembre augmenter de 10% ses 23.000 salariés. Objectif, éviter leur débauchage par Facebook, rapporte le Wall Stet Journal, qui indique que Facebook compte maintenant 1.700 employés contre 1.000 un an plus tôt, dont 137 viennent de Google.

Google valorisé presque cinq fois plus que Facebook

A travers ses innovations, Facebook cherche à garder dans son écosystème les internautes, une «tentation hégémonique» (telle que la décrit cet article de ZDNet). Mais Google a encore de forts atouts, outre son énorme domination du marché de la recherche en ligne:

le moteur de recherhe a aussi une forte avance financière sur Facebook (qui lui-même a supplanté des sites comme MySpace, naguère  en tête des sites «sociaux»): Google est coté en Bourse et pèse 190 milliards de dollars, tandis que Facebook, non coté, est valorisé 41 milliards sur Secondmarket, plate-forme où s’échangent les actions de ses salariés.En octobre 2007, Facebook n’ était encore valorisé “que” 15 milliards de dollars, lorsque Microsoft a investi 240 millions pour 1,6% de son capital.

Facebook pourrait gagner en recettes publicitaires 1,3 milliard de dollars en 2010,  la moitié des bénéfices de Google sur le seul troisième trimestre, souligne Lexpansion.com.

A lire aussi

Droit à l’oubli sur Internet: une charte et deux grands absents, Google et Facebook – 16 octobre 2010

Google, un opérateur téléphonique… ou pas – 25 septembre 2010

Les Cnil européennes se rebiffent contre Facebook et ses pratiques «inacceptables» – 14 mai 2010

Facebook modifie ses règles de confidentialité… et les photos du PDG deviennent publiques – 17 décembre 2009


Trois plus d’internautes français sur les réseaux sociaux en 2009

En France, il y a davantage d’internautes, qui se connectent plus longtemps, a mesuré Médiamétrie. En décembre 2009, 34,7 millions d’internautes se sont connectés, soit 65% des Français de 11 ans et plus, et +45,2% en 5 ans. 19,8 millions d’internautes en moyenne se connectent tous les jours (+12,5% par rapport à 2008). Les internautes passent en moyenne 1h20 par jour sur internet (près de 10 minutes de plus en un an).

Ecran et mains d'internautePhoto SFB579 (Flickr) sous licence CC by-nc-sa

Les réseaux sociaux ont continué l’an dernier une très forte croissance: en un an, on compte 3 fois plus d’internautes inscrits sur les réseaux sociaux et +112% de temps passé sur ces sites. Facebook, 5ème site en audience et 7ème en temps passé, a reçu près de 21 millions de visiteurs uniques en décembre. Twitter compte 1,6 million de visiteurs uniques le même mois.

Au troisième trimestre 2009, 16% des Français disposent d’un smartphone, parmi lesquels 73% se déclarent utilisateurs de l’internet mobile. Fin décembre on dénombrait 11,4 millions de mobinautes en France. La part des accès à Internet via PC reste dominante, mais celle des accès mobiles augmente pour représenter près de 2% des visites des sites. L’iPhone représente plus des deux tiers du trafic des sites. Android en représente 2,2% (0,1% il y a 1 an).

Communiqué Médiamétrie: Année Internet 2009 : propulsion dans l’ère du temps réel

A lire aussi

Audience: Médiamétrie va mesurer l’Internet mobile – 13 février 2010

En 2009, le e-commerce européen a crû de 22% – 2 février 2010

43% des Français ont déjà regardé la télé sur un ordinateur ou un appareil nomade – 27 janvier 2010 ¬

43% des Français ont déjà regardé la télé sur un ordinateur ou un appareil nomade

La consommation de télévision ne passe plus exclusivement par les téléviseurs. C’est un des enseignements du 5e baromètre d’Ipsos MediaCT pour le Syndicat national de la Publicité télévisée (SNPTV): 43% des sondés (29% en 2007) ont déjà regardé un programme sur “au moins un nouvel écran”, ordinateur, téléphone mobile, lecteur MP4 ou autre, dont 41% sur un ordinateur (28% en 2007), 5% sur un écran de téléphone mobile et 2% sur un autre écran.

Ecrans TV HD au CES 2010 de Las VegasImage theqspeaks (Flickr) sous licence CC by-nc-sa

C’est d’abord une pratique des jeunes générations: 76% des 15-24 ans et 59% des 25-34 ans – et encore 50% des 25-49 ans.

Ces nouvelles façons de consommer la télévision via la catch up TV (ou télévision de rattrapage), le podcasting, la VOD, suscitent l’intérêt des deux tiers des sondes. 35% des 15-24 ans et des 25-34 ans les ont essayés. Pour 59%, ces services servent à voir une émission manquée, 24% à choisir son moment.

Les vidéos regardées dans les 30 derniers jours par les sondés l’ont été pour 83% sur des sites de partage vidéo, type Youtube ou Dailymotion, 41% des sites d’actualités cinéma, 40% des sites de chaînes TV, 25% des blogs, autant des portails généralistes, 24% des sites de presse, 19% des réseaux sociaux,

sondage d’Ipsos Media CT réalisé par téléphone du 17 au 21 septembre 2009 auprès d’un échantillon représentatif de 1.172 personnes

Les entreprises commencent à adopter massivement les nouveaux usages du Web 2.0

Actu express: Si les entreprises ont longtemps été le moteur d’adoption des nouveaux terminaux et services de télécommunications,  la tendance s’est nettement renversée depuis une bonne décennie. Depuis la démocratisation du téléphone mobile, et plus encore depuis la naissance des outils collaboratifs sur Internet, ce qu’on appelle communément Web 2.0, c’est le grand public qui tire les usages et finit par les imposer en entreprise.

Si cela bouleverse la vision et le métier des responsables de systèmes d’informations, c’est vital pour ces nouveaux services de s’implanter en entreprises : c’est en effet bien souvent l’exploitation dans ces dernières qui permet de trouver des modèles économiques viables pour les pérenniser.

C’est ce que souligne l’IDC, qui publie un bilan d’adoption des applications du Web 2.0 en entreprise :

Selon les dernières enquêtes réalisées par IdC en France comme dans d’autres pays européens, les nouveaux usages d’Internet, liés à l’avènement du Web 2.0, tendent à se répandre de plus en plus dans les entreprises. Ils contribuent largement à soutenir la croissance du marché mondial des applications collaboratives, estimé à 7,7 milliards de dollars en 2009 (+ 12 %) et qui devrait dépasser les 10 milliards à l’horizon 2012.